Jouer de la batterie, résoudre des problèmes, reconnaître les chiffres et les couleurs, … les perroquets nous épataient déjà. Et maintenant, ils troquent des objets contre de la nourriture.

Article traduit et adapté du New York Times.

Dr Anastasia Krasheninnikova et ses collaborateurs de l’Institut Max Planck pour l’ornithologie en Allemagne ont examiné quatre espèces de perroquets dans le cadre d’une expérience qui requérait le troc d’objets contre de la nourriture. Vous pouvez retrouver leur rapport détaillé en anglais dans la revue Scientific Reports.

Les oiseaux résisteraient-ils à une récompense immédiate pour attendre quelque chose de mieux ? Plusieurs espèces ont montré leur capacité à résister à une récompense immédiate – comme un grain de maïs – pour avoir quelque chose de plus savoureux par la suite, comme une noix.

Les primates et les cacatoès, entre autres, peuvent attendre une meilleure gratification. Mais l’utilisation d’objets pour le commerce n’avait pas encore été utilisée chez les perroquets, a déclaré le Dr Krasheninnikova.

Voici comment ça marche. Pour commencer, les perroquets : aras de Buffon, aras canindé, aras de coulon et gris du Gabon, ont appris qu’ils pouvaient troquer des objets contre des aliments de « valeur » différente, pour les oiseaux.

Un anneau en métal peut être échangé contre du maïs sec, qui a la valeur gustative la plus basse, une équerre métallique contre une graine de tournesol de valeur gustative moyenne et un anneau en plastique contre la nourriture la plus intéressante : un morceau de noix décortiqué.

Les perroquets ont alors eu le choix, comme prendre le morceau de maïs ou l’anneau. Ils ont tous choisi de prendre l’anneau plutôt que le morceau de maïs. Ils ont ensuite pu échanger l’anneau contre un morceau de noix.

Ils ont également choisi une équerre plutôt que le maïs, y compris dans d’autres situations où l’objet restait plus intéressant que la nourriture. Les aras de Buffon étaient toujours les meilleurs. Les gris du Gabon, qui ont la réputation d’être des perroquets très intelligents, ont fait les choix qui leur semblaient les plus évidents, et ce, de façon raisonnable. Toutefois, ils étaient confus face à de la nourriture de la même valeur qu’un objet.

Le bon choix, selon ceux qui ont réalisé les expériences avec les perroquets, était de prendre la récompense immédiate de nourriture. Mais les gris du Gabon, principalement, ont souvent pris l’objet. Donc, au lieu d’avoir tout de suite une noix, ils choisissaient un anneau et l’échangeaient ensuite contre une noix.

Pourquoi faire une action supplémentaire ?

D’après le Dr. Krasheninnikova, le résultat pourrait être biaisé car les gris du Gabon aiment manipuler des objets. « Nous savons qu’ils sont très joueurs », a-t-elle déclaré.

Alors peut-être que ces perroquets faisaient le bon choix finalement. Ils s’accordaient du temps pour tenir l’anneau, puis ils recevaient toujours la noix à la fin. Après tout, ce sont les humains qui ont décidé qu’il était préférable de recevoir de la nourriture directement, pas les perroquets.

Voir la vidéo : https://nyti.ms/2MlE7Ht